Loisirs

Éternelle âme d’enfant

Bonjour à tous !

Aujourd’hui je vais vous parler de mangas que je me suis mise à lire récemment. Je n’ai pas lu de nouvelles séries depuis Q Mysteries. J’ai pris le premier tome de trois séries pour voir si je les appréciais suffisamment pour continuer. J’adore les seinen comme Q Mysteries et j’en ai donc trouvé deux dans ce genre, mais cette fois, je n’ai pas pris d’histoires de tranche de vie comme La Photographe. Au lieu de ça j’ai pris un shônen comique sur des chats.

Street Figthing Cat :

J’aime beaucoup les chats, vous pouvez régulièrement voir le mien dormir sur mes posts Instagram. J’ai entendu parler de ce manga pour la première fois dans l’émission Manga Sûr que je regarde sur la chaîne JVTV sur Twitch. Vous pouvez les retrouver tous les vendredi soir de 19h à 21h ou en replay sur Youtube.

_DSC1650
Street figthing cat de SP Nakatema, éditions doki doki, 7€50

Street Figthing Cat est donc un manga sur le monde impitoyable des chats de gouttière japonais et leurs règles de vivre ensemble. On reconnait bien les caractéristiques du shônen, des règles à respecter, des combats à enchaîner et surtout la loi du plus fort. Ici chaque quartier de la ville est contrôlé par une bande de chat avec à sa tête un gros matou effrayant. Ils peuvent donc se régaler des poubelles et des restes venant des meilleurs restaurants de leur quartier. Bien entendu notre héro se trouve tout en bas de l’échelle sociale des chats et est un profond loser. Alors qu’il se fait martyriser par tous les autres chats, il se fait un nouveau compagnon de route. C’est un ancien chat domestique énorme et très fort qui vient d’arriver dans ce milieu. Nous allons donc suivre combat après combat l’ascension sociale du héro lâche.

J’ai trouvé ce manga un peu cher comparé à ceux que j’avais l’habitude d’acheter mais il se lit beaucoup moins vite donc ce n’est pas gênant. Il est assez épais et l’histoire avance bien dès le premier tome, on ne reste pas sur sa faim. Ce ne sont pas du tout les chats mignons de Chi, Une vie de chat (j’ai regardé l’anime en vostfr 3 fois, je l’adore !), mais ça ne me gênerait pas d’en lire un de temps à autre. Ce n’est pas un coup de cœur absolu car c’est assez éloigné du style de manga que j’ai l’habitude de lire. Avis aux amateurs de shônen.

Platinum End :

Cela fait quelques temps déjà que Platinum End est sorti, il est écrit et dessiné par les créateurs du célèbre Death Note. Il y a des scènes de violence et de nudité, contrairement à Street Fitghting Cat, il n’est pas pour tout le monde.

_DSC1648
Platinum End de Tsugumi Ohba et Takeshi Obata, editions Kaze, 6€99

Concernant l’histoire, nous retrouvons le schéma de Death Note. Mirai, le héro, est désespéré et souhaite en finir avec sa vie en se jetant du haut d’un immeuble. Finalement, dans sa chute il est sauvé par un ange qui lui donne le pouvoir de la liberté avec des ailes, et le pouvoir de l’amour avec une flèche rouge. Dans Death Note, Light est confronté à un monde qu’il veut reformater. Il souhaite en finir avec toute la violence qu’il voit quotidiennement. C’est alors qu’il rencontre Ryûk qui lui donne le carnet de la mort (death note) permettant de tuer des gens sous des conditions précises. Nous avons donc le héro prêt à tout changer et prendre des risques et le compagnon de route qui offre des pouvoirs.

Si Death Note était déjà une oeuvre assez mature, ici le héro est plus réfléchi. Disons que si Light est effectivement très intelligent et prévoyant, Mirai (le héro de Platinum End) lui préfère ne pas agir violemment et rester discret. Tous deux sont lycéens, Light est le meilleur élève du Japon, Mirai est un bon élève.

J’ai tout de suite accroché à l’histoire, comme pour Death Note, j’ai hâte de connaitre la suite et j’apprécie beaucoup le héro. Comme toujours le style de dessin me plait beaucoup, il est fin, travaillé, assez réaliste pour un manga. Six tomes sont déjà sortis et le septième ne va pas tarder, j’ai vraiment envie de lire toute la série.

Q [kou] :

Ce manga est encore différent des précédents. Q est un seinen qui se passe dans un futur proche sans date précise. Il est indiqué « an 20xx », bien sûr l’histoire se déroule au Japon. Nous suivons un jeune homme qui nous explique que le monde est dans une « drôle » de situation depuis déjà dix ans.

_DSC1652
Q de Tastuya Shihara, édition Ki-oon, 7€90

Un œil démesuré est apparu dans le ciel du jour au lendemain et s’est mis à envoyer des œufs sur terre. Ces œufs éclosent très rapidement et des monstres détruisant tout sur leur passage en sortent. Il sont classés en 5 catégories, 5 étant pour les plus violents et les plus grands. Tout est en ruine partout, l’armée a une équipe d’élite qui s’occupe de les attaquer mais ce n’est pas toujours suffisant. Rem, le jeune homme, se bat aussi contre eux, il explique qu’ils ont une marque sur leur corps et que si on l’atteint ils meurent. A chaque fois que quelqu’un regarde vers le ciel et croise le regard de l’œil, des œufs sont aussitôt envoyés.

Dès les premières pages nous découvrons une jeune fille spéciale appelée Q. Elle a toujours faim et ne semble pas avoir peur des monstres, en fait, elle les mange. Si Rem la sauve, ce n’est pas pour autant qu’il ne se méfie pas d’elle par la suite. On découvre qu’il vit avec une bande d’orphelins et une autre fille, Mana. Nous allons suivre cette joyeuse bande et découvrir peu à peu le fonctionnement de ce monde.

C’est une histoire très dense dès le premier tome, il y a aussi un bon nombre de personnages si on compte les orphelins, et encore bien des secrets à découvrir. J’aime le fait que malgré un scénario très original, le traitement de l’histoire soit réaliste. Il y a une ville protégée pour l’élite et des politiciens véreux qui cherchent à détruire des villes entières sous couvert de la situation. On sent que l’histoire va quelque part et on a envie de continuer pour en apprendre plus. Pourquoi cet œil est apparu ? Qui est cette fille tombée du ciel ? Les questions se multiplient au fur et à mesure que l’on tourne les pages. Le dessin est très bon aussi. Il y a beaucoup de détails entre les monstres et les villes anéanties. On voit qu’il y a du travail derrière ces planches. C’est un manga plutôt unique et je vous invite à lire la suite avec moi.

_DSC1646

Voilà pour mes découvertes manga du moment. Quels sont ceux que vous lisez ces derniers temps ? En avez-vous lu un de ceux-là ? Qu’en avez-vous pensé ?

Je vous retrouve bientôt pour découvrir d’autres livres !

Sarah

Crédits Photos : Itsu Ka

 

 

0 comments on “Éternelle âme d’enfant

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :